- que l’IP s’éclipse…3 ans 9 mois et 17 jours, 1387 jours après sa naissance, après plus de 1200 chroniques, et à partir d’aujourd’hui. Il s’éclipse mais ne disparaît pas. En 2016, l’IP ne sera plus quotidien. Il reviendra ponctuellement possiblement, occasionnellement certainement, régulièrement probablement, à l’envie, ah oui, oh oui...

- que l’IP est né le 1er mars 2012, chétif, timide, malingre. Le 7 août 2014, après 2 ans, 5 mois et 6 jours, soit 889 jours de présence quotidienne, sans faillir, sans faiblir, sans fléchir, et donc 889 billets de suite à son actif, l’IP fit sa première pause. Ilparaitrait s’était mis en vacance pour partir en vacances, avait pris congé pour prendre des congés et son auteur affirmait qu’il allait faire ce qu’il voulait : écrire, vaquer, écrire, courir, écrire, lire, écrire, rire, écrire, ou manger des mousses au chocolat, et sans doute écrire ; bref, il allait faire ce qu’il voulait. Ensuite, l’IP se permit des pauses pendant certaines autres vacances, puis il abandonna l’écriture dominicale, puis il s’offrit même le samedi vacant. Qu’annonce-t-il donc aujourd’hui ? Une nouvelle ère ? Un renouveau en 2016 ? L’abandon de la quotidienneté ? Une présence ponctuelle, à l’inspiration ? Oui, c’est exactement ça, je ne l’aurais pas mieux dit. En 2016, l’IP ne sera plus quotidien. Il reviendra ponctuellement possiblement, occasionnellement certainement, régulièrement probablement, à l’envie, ah oui, oh oui...

- que l’IP s’éclipse…pour vacation sans vacuité à d’autres occupations. Pour errances réflexives, lectures récréatives et écritures productives. Pour vie privée de rien, pour vie remplie de tout, pour vie et eau fraîche. Et pour mieux revenir quand il reviendra, frais, affûté, aiguisé. En 2016, l’IP ne sera plus quotidien. Il reviendra ponctuellement possiblement, occasionnellement certainement, régulièrement probablement, à l’envie, ah oui, oh oui...